1 juin 2020

Les outils numériques révolutionnent l'immobilier français en période de fermeture –

Post by :

Category: Immobilier


Henry Buzy-Cazaux, président de l'Institut de gestion des services immobiliers, commente l'adoption à grande échelle des outils numériques par les professionnels de l'immobilier en France, compte tenu notamment de la réticence de nombreux acteurs à franchir le pas il y a quelques mois à peine…

Covid-19, en nous forçant au verrouillage, nous a privés de l'interaction sociale. Cela nous a conduits soit à numériser toutes les relations personnelles et professionnelles, soit à les couper complètement. Ce à quoi nous assistons dans le monde des services immobiliers mérite une attention à cet égard: dans cette industrie plus que dans aucune autre, une évolution presque miraculeuse s'opère, après que de nombreux signes nous ont amenés à penser qu'une conversion rapide au numérique pourrait n'arrive jamais.

Certes, l'immobilier progresse technologiquement depuis la fin des années 1990, avec une première progression majeure: une augmentation du nombre de sites Internet annonçant des biens à vendre ou à louer. Pour les pionniers, il s'agissait d'un changement de technologie et de modèles commerciaux des premiers services d'accès à distance à Internet. Un deuxième grand pas en avant a été pour les sociétés informatiques, impliquées dans le secteur transactionnel de l'industrie mais également dans les activités de gestion de la location et de la copropriété, d'utiliser la technologie numérique pour moderniser leurs solutions. Et puis, bien sûr, l'immobilier a inspiré le monde des start-ups: on estime aujourd'hui que quatre cents start-up ont vu le jour dans ce secteur. Ils ont créé des applications destinées aux particuliers, aux professionnels de l'immobilier, afin d'augmenter leur valeur ajoutée et de faire partie de la chaîne de services, ou d'une combinaison des deux.

Bref, l'immobilier s'est très vite synchronisé avec le numérique. Cependant, une certaine résistance a empêché cette convergence de gagner en intensité. Tout d'abord, la vitesse à laquelle les professionnels de l'immobilier, les développeurs, les constructeurs de maisons, les agents et les administrateurs immobiliers ont fait le passage au numérique laissait à désirer. Et deuxièmement, derrière tout cela, beaucoup de scepticisme et d'incertitude persistaient: dans une industrie aussi «en personne» que l'immobilier, jusqu'où la technologie numérique peut-elle vraiment aller?

Il y avait bien sûr d'autres contraintes, comme les différences de génération et de localisation. Dans quelle mesure la technologie pourrait-elle être utile aux clients plus âgés, par exemple, qui pourraient ne pas avoir d'ordinateurs ou de téléphones portables, en particulier ceux qui vivent en dehors des grandes villes?

Il faut aussi penser aux salariés qui, étant d'âge mûr sinon proche de la fin de leur carrière, pourraient être résistants aux nouvelles technologies. Sans parler des problèmes de sécurité, qui sont de la plus haute importance dans cette industrie totalement liée par la loi.

En ce qui concerne les sociétés de logiciels et de services informatiques, nous avons souvent constaté une attitude fermée vis-à-vis des start-ups, considérée comme ayant compliqué la vie des professionnels, qui souhaitent une solution plus complète et plus fluide.

L'urgence de notre situation, cependant, a conduit les professionnels de l'immobilier à balayer soudainement leurs nombreuses objections, parce que c'était soit cela, soit rien, et rien n'aurait mis l'industrie au bord du gouffre. Les affaires sont au cœur de l'échange et tout le monde, toutes professions confondues, s'est rendu compte que, plus que jamais, il était nécessaire de continuer avec une communication continue avec les clients anciens, actuels et potentiels. Jamais auparavant des messages n'avaient été envoyés ni des appels téléphoniques aussi importants. C'est la preuve que la technologie numérique, bien que théoriquement virtuelle, est un outil d'approfondissement, sinon de création, de relations clients très réelles.

Tout à coup, nous assistons également à une réaction du législateur à un rythme sans précédent: les notaires peuvent concrétiser une vente, jusqu'à l'authentification des actes, à distance tout en conservant le plus haut degré de sécurité juridique. Même le ministère du Logement, qui était pressé de produire une législation pour la loi ELAN, accélère. Il est étonnant de penser comment les choses se rassemblent pour que les roues tournent.

Rien ne sera plus jamais pareil entre numérique et immobilier. Après le verrouillage, il sera intéressant de voir où ce changement mènera davantage le secteur. Si en seulement deux mois, nous sommes passés du scepticisme et de la résistance à la digitalisation forcée, imaginez où nous pourrions éventuellement aller après.

Contactez pour en savoir plus sur l'achat ou la vente d'une propriété à Paris.

Want to say something? Post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *