10 juillet 2020

Une célébration du cinéma parisien –

Post by :

Category: Immobilier


Les salles de cinéma parisiennes ont rouvert le 22 juin, pour le plus grand plaisir des Parisiens, fiers de la diversité des offres et de la riche histoire des cinémas de la capitale. Berceau de la Nouvelle Vague dans les années 1960, puis des films contemporains d'auteur, Paris s'est imposée maintes et maintes fois comme une capitale mondiale majeure du cinéma. Avec ses 34 cinémas art et essai et près de 420 écrans (contre 220 à Manhattan et 92 à Londres), la scène cinématographique parisienne a quelque chose pour tout le monde.

Lorsque Quentin Tarentino arrive à Paris, il ne manque jamais une occasion de se faire plaisir avec une projection au Champo, l'un des 34 cinémas art et essai de Paris, tous situés principalement dans le Quartier latin. Avec une poignée d'autres, le Champo, qui a ouvert ses portes en juin 1938, possède le label répertoire. Ici, dans ce cinéma à deux écrans, les fans peuvent regarder les grands classiques encore et encore et assister à des festivals hebdomadaires organisés sur un thème général, ou dédiés aux grands réalisateurs du XXe siècle, comme Fritz Lang, Federico Fellini et Ingmar Bergman . «C’est une proposition unique», explique Michel Gomez, scénariste et délégué de la Mairie de Paris Mission Cinéma.

Chaque cinéma a sa propre histoire singulière. L’Escurial (dans le 13e arrondissement), créé en 1911, est l’un des premiers à avoir ouvert ses portes. Le Louxor, construit en 1921 au cœur de Barbès, a été transformé en boîte de nuit en 1983 avant de fermer. Ce n'est que dans les années 2000 que la Ville de Paris, soucieuse de développer sa gamme de cinémas sur la rive droite, a dépensé 25 millions d'euros pour rénover l'espace et ses anciennes colonnes, mosaïques et bas-reliefs de style égyptien.

Même son de cloche avec La Pagode, dont les boiseries traditionnelles japonaises, comme le joli jardin qui l'entoure, masquent un passé mouvementé: fermé en 2015, ce joyau niché dans le 7e arrondissement, a été repris l'an dernier par le milliardaire américain Charles Cohen. À L'Alequin, l'ancien Lux Rennes, au 14e, la programmation était aux mains de l'agence soviétique d'exportation de films pendant un quart de siècle. Il y a aussi le Max Linder, avec sa salle de projection panoramique unique sur les Grands Boulevards, ou le Mac-Mahon (17e), aimant des cinéphiles des années 1950, avec ses bas-reliefs d'inspiration romaine.

Et qui pourrait oublier Le Grand Rex sur les Grands Boulevards, présenté sur la photo ci-dessus? Bien qu'il ne soit pas classé comme cinéma d'art et essai, il est tout aussi légendaire. Plus grand cinéma d'Europe, Le Grand Rex a inspiré d'innombrables enfants au fil des ans avec ses plafonds voûtés étoilés et ses pièces d'eau. Sa façade Art Déco est même classée monument historique.

Les cinémas Arthouse fleurissent

Les opposants qui ont prédit la disparition des cinémas d'art et d'essai de Paris mangent désormais leurs mots: malgré l'essor des multiplexes, les cinémas d'art et d'essai se maintiennent dans la capitale. "Le nombre d'établissements est plus ou moins stable", confirme Renaud Laville, délégué général de la Association française des cinémas art et essai (Association française des cinémas d'art et d'essai).

Seuls cinéphiles à découvrir des films à diffusion limitée ou à célébrer les grands classiques, ces cinémas, souvent privés, sont considérés comme une exception culturelle française. le Art et essai et Patrimoine les étiquettes signifient que ces théâtres doivent se vanter d'avoir un programme exigeant. En échange, ils reçoivent un soutien financier pour les aider à équilibrer leurs comptes.

Leur survie dépend cependant de films d'auteur «prometteurs», réalisés par des artistes comme Pedro Almodovar, Jacques Audiard ou Xavier Dolan. Ces longs métrages, cependant, sont de plus en plus convoités par les grandes compagnies de théâtre, comme Pathé-Gaumont, UGC et MK2, qui ont leur propre gamme d'offres pour les clients, comme les cartes de fidélité, rencontrer et saluer, et des projections de concerts de jazz, comme au le Balzac.

Source: La capitale parisienne, véritable paradis pour cinéphiles

Photo de couverture: A.hellmann / CC BY-SA

Contactez pour en savoir plus sur l'achat ou la vente d'une propriété à Paris.

Want to say something? Post a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *